Métrologie, 3D, Axiologie

Le carnet « Métrologie, 3D, Axiologie » est un espace consacré à la publication de notes d’enquête du projet ANR Me3dAx. Il  rendra compte à la fois : des « faits saillants » du terrain (trouvailles d’archive, photos et note d’observations) ; des « faits d’actualités » liés aux thématiques du projet ; des initiatives scientifiques en relation avec l’enquête. Conçu comme un carnet de notes numérique, il ne vise pas à produire de l’analyse, mais à conserver une trace du travail empirique d’enquête. 

Journée d’Etude “Sport et Industrie 4.0”

De l’usine au Stade  quel est le futur cyberphysique de l’activité humaine ? Un Débat entre Sciences Humaines, Sciences de l’Ingénieur et Monde du Sport

Organisée par Me3dAx et les Etudiants du Master “Conduite de Projet en Développement Sportif” de l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Dans les dix dernières années, l’industrie du futur (ou Industrie 4.0) est devenue le maître mot des politiques industrielles globales. Les horizons techniques et organisationnels ouverts par les nouvelles technologies cyber-physiques ont en effet bouleversé les conceptions classiques de l’industrie. Au fil des programmes de développement des technologies numériques appliquées à l’activité manufacturière, non seulement les techniques de production se sont modernisées, mais c’est plus largement la place de l’industrie dans la société qui a changé. D’abord, les verrous entre les départements des entreprises industrielles ont sauté dans la perspective d’une intégration de plus en plus forte entre conception, production, logistique et distribution. Puis ce sont les frontières entre le secteur industriel et les autres secteurs économiques (services, agriculture, loisir, culture…) qui se sont effrités. Dans la perspective de ce que l’on a appelé la société hyperindustrielle, les innovations techniques appliquées à la production industrielle modifient en profondeur l’ensemble des activités sociales. De la sorte, même des secteurs éloignés des enjeux industriels sont aujourd’hui amenés à s’interroger sur l’impact des systèmes cyberphysiques sur leurs modèles économiques, leurs formes d’organisation et leur chaîne de valeur.

Dans ce cadre, le secteur sportif ne fait pas exception : l’évolution industrielle induite par le numérique et les avancées des nouvelles technologies entraînent de profondes mutations dans les façons de concevoir le sport dans ces différentes dimensions socio-économiques. D’autre part, les besoins spécifiques du contexte sportif en termes d’optimisation de la performance physique, d’innovation dans les matériaux et de production de contenu posent de nouveaux défis aux technologies cyber-physiques. En ce sens, la rencontre entre les nouvelles technologies de l’industrie du futur et le monde du sport dépasse largement le cadre de la manufacture de produits sportifs. Les nouveaux enjeux d’industrialisation portés par les systèmes cyber-physique transforment en profondeur le secteur de l’événementiel et du loisir sportif avec de nouveaux modes de pratiques qui font émerger des marchés économiques nouveaux. La journée d’étude, « Sport et Industrie du Futur » souhaite interroger l’influence réciproque de ces deux phénomènes : comment l’industrie du futur transforme-t-elle le sport ? Comment le sport est-il devenu un secteur de l’industrie du futur ? Comment l’industrie du futur a-t-elle su se saisir de l’opportunité que représente le marché du sport avec ses enjeux multiples ? Dans quelle mesure les besoins techniques, économiques, sociaux et organisationnels spécifiques du sport sont-ils un enjeu pour l’industrie du futur ? Le sport professionnel est-il le seul secteur à être impacté par les avancées technologiques ?

Pour aborder ces questions, nous centrerons la réflexion sur deux technologies phares de l’industrie du futur ayant impacté à différents niveaux le sport professionnel et le sport de loisir : la simulation 3D et le big data. L’enjeu de la journée est de convier des experts du déploiement de ces technologies au niveau industriel, des chercheurs en sciences sociales et des professionnels du monde sportif confrontés à la diffusion de ces technologies. Cela permettra de faire émerger l’intérêt d’un dialogue plus serré et structuré entre enjeux scientifiques, techniques, sportifs et socio-économiques. En effet, d’une part, les technologies de l’industrie du futur peuvent évoluer en regardant aux expériences spécifiques du monde du sport. D’autre part, le secteur sportif peut prendre la mesure du potentiel disruptif du déploiement de ces technologies en regardant au-delà des applications les plus connues de ces technologies.

Dans le cas des deux technologies qui seront interrogées par la journée, ces questions générales se déclinent de différentes manières. Pour ce qui concerne la simulation numérique couplée à la réalité virtuelle, les avancées au niveau industriel dans le monitorage des cycles de vie des produits peuvent être exploitées aujourd’hui pour développer de nouvelles formes de pratique physique et de spectacle sportif (e-sport, sport virtuel, spectacles immersifs…). D’autre part la recherche de système de captation et de modélisation de plus en plus performant pour restituer en temps réel le réalisme et la complexité des gestes sportifs peut contribuer à enrichir les Jumeaux numériques industriels en y intégrant une dimension ergonomique. Cette rencontre n’est pas néanmoins sans poser problème. D’une part, « l’industrialisation » du divertissement sportif ainsi que sa « virtualisation » risque d’appauvrir l’expérience sociale du sport. D’autre part, l’intégration de modélisations du mouvement dans le cadre de l’organisation industrielle pose des problèmes en termes d’auto-gestion de l’engagement physique au travail par les individus et les collectifs.

Les technologies de traitement automatique de données massives par des systèmes d’intelligence artificielle, quant à elles, ont été largement perfectionnées pour les besoins de gestion intégrés des chaînes de production. Elles trouvent aujourd’hui dans la production de la performance sportive des applications de plus en plus nombreuses (gestion des cycles d’entraînement, gestion des stratégies d’équipes…). D’autre part, le sport est un contexte particulièrement prégnant pour développer des systèmes de gestions des données multiéchelles intégrant des enjeux d’apprentissage, de visualisation et de scalabilité dont l’industrie du futur a de plus en plus besoin. Même dans ce cas, les risques sont nombreux pour le sport comme pour le monde industriel : la gestion d’une équipe ou d’un athlète par un algorithme ne va pas sans des problèmes éthiques et organisationnels ; de même la gestion, d’un système sociotechnique de production selon des critères issus de la performance sportive qui est par définition « absolue » pose des questions en termes de relations industrielles.

Si pendant des décennies sport et industrie se sont regardés comme deux secteurs se rencontrant exclusivement autour d’enjeux concernant l’équipement, les avancées de l’industrie du futur imposent de repenser les formes de dialogues entre ces deux réalités. C’est dans cette perspective que le Master en Management du Sport de l’UFR STAPS de Reims organise cette journée, affirmant par delà le rôle stratégique que peuvent jouer les sciences de gestion pour faire dialoguer les enjeux techniques avec ceux socio-organisationnels.

Programme

9h Café et accueil participants

9h15

Marco Saraceno, Maitre de Conférences en Sociologie CETCOPRA -Paris1 Panthéon-Sorbonne,Coordinateur du Projet Me3dAx Introduction à la journée

Première session « Jumeaux Numériques et Divertissement Sportif »

9h30

Bernard Riera, Professeur en Génie Informatique, Directeur du CReSTIC-URCA Les Jumeaux numérique, une brique de l’Industrie du futur

9h50

Olivier Nocent, Maître de conférences en Informatique PSMS-URCA Réalité augmentée appliquée à l’analyse du mouvement

10h20

Antonio Perez – Co-gérant Avatar Virtual Games La réalité virtuelle comme marché émergent pour le secteur des loisirs sportifs

10h40

Florian Lefebvre, Docteur en Management du sport, Université de Montpellier L’analyse des interactions entre les principaux acteurs du média écosystème olympique: conditions pour la création de valeur des Olympic Virtual Series

11h Échanges avec la salle

11h30 Pause café

Deuxième Session « Big Data et Sport-performance »

11h45

Alexandre Philippot, Professeur des Universités en Génie Informatique CReSTIC-URCA coordinateur scientifique de Factories of Future Champagne-Ardenne Propagation des modèles de données et le défi de l’interopérabilité

12h05

Frederic Puel, Maître de conférences en Biomécanique PSMS-URCA La data et l’analyse des conditions biomécaniques de la performance

12h25

Adrien Mahy, Data analyst Stade de Reims La data au service de l’analyse de la performance

12h55

Marco Saraceno, Maître de conférences en sociologie, CETCOPRA-Paris 1 Panthéon-Sorbonne Activités humaines et données numériques : élements pour une approche socio-historique

13h15 Échanges avec la salle

13h30 Buffet

Craeft Project at CERFAV

Grâce à la gentille invitation de David Arnaud, coordinateur du programme [G]host qui alimente une partie importante de nos réflexions depuis le début de notre projet, nous avons pu assister à deux jours de captations du travail de verriers au chalumeau et à la canne. Ces enregistrements numériques sont réalisés dans le cadre du projet européen Craeft dont le CERFAV est partenaire. 

Cela a été l’occasion d’observer et de réfléchir à la rencontre entre des regards complémentaires sur le geste technique. Anthropologues, informaticiens, designers, biomécaniciens, artisans, formateurs et apprentis ont dû travailler ensemble pour produire un enregistrement du geste. Il s’agissait de négocier avec leurs savoirs, leurs corps, leurs instruments, mais aussi avec ces nouvelles technologies de captations qui parfois n’en font qu’à leur tête. 

Ce que sait le jumeau de la main

Par les mains ?

Trevize avait toujours plus ou moins imaginé que le jour où l’on communiquerait par la pensée avec un ordinateur, ce serait par l’entremise d’un casque placé sur la tête et bardé d’électrodes sur les yeux et le crâne. 

Les mains ? 

Les mains ? Mais pourquoi pas ?(…) Les yeux n’étaient rien de plus que des organes des sens et le cerveau rien de plus qu’un grand standard dans une boîte osseuse, bien isolé de la surface active du corps. C’étaient les mains, la surface active du corps, les mains qui touchaient et manipulaient l’Univers.

Issac Asimov, Fondation Foudroyée,Paris, Denoël, 1983, p. 91.

Le Cerfav s’équipe

Avec l’acquisition de son propre matériel de captation, le CERFAV devient l’un de premiers centres techniques à détenir des compétences de très haut niveau à la fois dans la pratique artisanale et artistique de transformation de la matière et dans la maitrise des technologies numérique de “simulation en réalité virtuelle”. Cela place le programme [G]host du CERFAV comme un acteur incontournable dans le futur de la patrimonialisation des savoir-faires artisanaux.

Glass / Glas (Bert Haanstra, 1958)

En 1958 Bert Haanstra, réalisateur Néerlandais, répond à une commande de la verrerie Belge Royal Leerdam pour la réalisation d’un documentaire sur la production du verre. Le film original, Over glas gesproken, qui suit les différentes étapes de fabrication du verre du sable jusqu’au produit fini montre les différentes facettes de la production entre geste artisanal et automatisation. La thématique de la confrontation entre ces deux formes de production est reprise et accentuée dans le film Glas la même année qui lui vaudra un Oscar.

Dans le Film le geste artisanal est au premier plan. Les images de la première moitié du film révèlent le rapport intime entre la matière et le corps des verriers. Les plans sur les joues qui se gonflent pendant les phases de soufflages, soulignés par la bande originale Jazz de Pim Jacobs, contrastent avec la façon dont est représentée la chaine automatisée de production des bouteilles et le travail de surveillance des ouvriers. La musique concrète qui accompagne les scènes de la deuxième partie du film souligne la différence entre le processus quasi “organique” du soufflage à la bouche et le mécanisme automatisé de production.

Loin de l’inscription scientifique, ce film avec ces choix esthétiques révèle néanmoins ce processus de sélection et valorisation des dimensions gestuelles qui concerne tout processus d’archivage du geste technique, y compris ceux du numérique.

Merci à François Vatin et Gwenaëlle Rot.

Blaschka Renaissance

Live Twitch du programme [G]host du Cerfav

Lundi 20 mars à 19h 

https://www.twitch.tv/helloghost54

Dans le cadre du programme [G]host du Cerfav Le projet “Blaschka Renaissance” a pour objectif de numériser (patrimoine culturel immatériel et matériel) la re-fabrication/interprétation d’un objet en verre fabriqué au chalumeau.

Le live Twitch présente l’approche du programme [G]host en montrant les premières étapes du projet “Blaschka Renaissance”. Il s’agit notamment de sessions d’entrainement, afin d’étudier les contraintes des gestes, des matières et des outils mis en œuvre pour reproduire le modèle didactique “Clavia Multicornis” fabriqué par les Blaschka (père et fils) fameux verriers tchèque (XIXe et XXe siècles) dont les modèles didactiques originaux sont présents à l’Aquarium-Muséum Universitaire de Liège.

Les 1ères Rencontres Internationales de la Culture,de la Connaissance et de l’Immersif

22 & 23 novembre 2022à Metz (Bliiida)

Le rendez-vous incontournable du Grand Est pour les acteurs de la création numérique dans les domaines de la culture, de la connaissance et de la mémoire
Un événement dédié au partage d’expériences sur l’usage des nouvelles technologies immersives

  • Nouveaux modes de création
  • Nouvelles technologies
  • Nouveaux modèles économiques 
  • Nouvelles pratiques culturelles numériques 
  • Nouvelles modalités de médiation des objets culturels, patrimoniaux et touristiques

Journée de Travail « Robotique et Ergonomie »

GDR Robotique, Sorbonne Université, 05 Octobre 2022

Salle 304, tour 65-66 sur le campus Pierre et Marie Curie (Jussieu 75005 Paris)  

PROGRAMME:

9h30 – 10h00 : Accueil / Café

10h00 – 10h05 : Introduction

10h05 – 11h00 : “Analyse et simulation de la variabilité des mouvements au poste de travail : apport des techniques robotiques pour la prévention des risques professionnels”. Jonathan Savin (Ingénieur responsable d’études, Institut national de recherche et de sécurité, INRS, Nancy)

11h00 – 12h00 : “Évaluation des performances pour la commande appropriée des robots collaboratifs”, Vincent Padois. Directeur de Recherche. AUCTUS team, Inria Bordeaux Sud-Ouest

12h00 – 12h30 : “La simulation numérique du geste de travail et les « marges de manœuvre » : mesures, normes et valeurs, le regard des sciences sociales” , Marco Saraceno (Maître de conférence en sociologie à l’Université Reims Champagne-Ardenne et chercheur au laboratoire Performance, santé, métrologie, société (PSMS))

12h30 – 14h00 : Pause déjeuner 

14h00 – 15h00 : “L’analyse musculo-squelettique pour le prototypage des systèmes d’assistance au travail“, Charles Pontonnier (Ecole Normale Supérieure de Rennes, INRIA/IRISA/M2S MimeTIC)

15h00 – 15h30 :  “ISYBOT : l’expérience industrielle des gains ergonomique et de productivité ?» Yvan Measson, PDG de l’entreprise ISYBOT. 

15h30 – 16h30 : Pauline Maurice (Chargé de recherche CNRS, team LARSEN, LORIA, Nancy, France)

16h30 – 17h00 : Discussion

17h00 – 17h30 : Fin de la journée 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search